Fonctionnement du ballon d’eau chaude au gaz

L’accumulateur d’eau chaude sanitaire au gaz  posé au sol ou accroché au mur plus communément appelé « ballon gaz » est fabriqué sous plusieurs marques nous citerons notamment : Styx, Ariston, De diétrich, ELM Leblanc, A-O Smith et bien d’autres encore ……

De manière générale ces ballon gaz sont composés sur leur ligne gaz :

1- Bloc gaz avec insert magnétique à l’arrière avec bulbe thermostatique + un poussoir pour arrêter la veilleuse (rond blanc) + un poussoir pour allumer la veilleuse (étincelle rouge) + un bouton rond gradué commandant l’allumage du brûleur principal et la température de l’eau.

2- Thermocouple avec son shunt

3- Aquastat (intégré au bloc gaz généralement il permets de régler la température de l’eau sanitaire)

4- Sécurité anti-refoulement des fumées (SPOTT) (se présentant sous plusieurs formes)

5- Sécurité sur-chauffe(généralement intégrée dans le bulbe thermostatique)

6- Piezo à poussoir avec son électrode

Globalement ces accumulateurs sont de conceptions rudimentaire le diagnostique a été entièrement codifié sur cette fiche technique.

Attention de manière générale prenez toutes les précautions lors de vos contrôles et préférer dans tous les cas faire appel à un professionnel compétent. Agissez calmement, avec maitrise et concentration. Si une odeur de gaz même discrète se fait sentir couper immédiatement le gaz à la vanne du compteur et faite appel à un professionnel.

 

Photo n° 1 – Présentations générale de la ligne gaz d’un « ballon gaz »

 

Photo n° 2 – Détail sonde anti-refoulement des fumées (SPOTT)

Attention ! Cette présentation du SPOTT peut varier d’une marque à l’autre, certains SPOTT sont à réarmement manuel par l’intermédiaire d’un boitier (comme présenté sur la poto n°3), ce boitier peut être situé à l’arrière du ballon collé directement sur la jaquette en partie basse du ballon (faite attention à la poussière qui en s’accumulant dans ce boitier provoque des disjonctions (arrêts) de la veilleuse, penser à aspirer ce boitier. Il peut y avoir également des SPOTT en forme de « bouton » à réarmement manuel direct (voir photo n° 3) il est à noter que les nouvelles gammes de ballon gaz sont équipés de boutons calibrés à l’ouverture pour 85 °C cette température est trop basse ceci entraîne des disjonctions régulières et récurrentes de la veilleuse travailler avec un SPOTT réglé à 100 ou 110 °C.

 

Photo n° 3 – SPOTT (sécurité anti-refoulement) en forme de « bouton ».

 

Photo n° 4 – Aspect de la veilleuse par rapport au thermocouple

 Il est impératif que la flamme de la veilleuse soit suffisamment chaude, elle doit être également de taille suffisante pour enrober totalement la tête du thermocouple comme sur la photo. Dans le cas contraire si la flamme de veilleuse est vacillante, de petite taille ou de couleur orangée la température ne sera pas suffisante pour créer la tension nécessaire au maintient ouvert de l’insert magnétique. 

Résultat concret : la veilleuse s’éteindra régulièrement et se remettra normalement en service lors des allumages répétés. On parlera à ce moment d’une veilleuse instable.

Photo n° 5 -Aquastat et sécurité sur-chauffe

Cette photo n° 5 montre un type de montage pour la sécurité sur-chauffe mais d’autres montages peuvent être déclinés en fonction de la marque ou de modèle de l’appareil l’important est qu’à chaque fois la sécurité sur-chauffe à la même fonction à savoir court-circuiter  le thermocouple et arrêter la veilleuse donc en d’autres termes mettre en sécurité la production d’eau chaude sanitaire.

Il peut exister des sécurité sur-chauffe à réarmement manuel un peu sous la forme du SPOTT présenté à la photo n°2. Sur la photo n° 5 ci-dessus la sécurité surchauffe n’est pas à réarmer manuellement elle le fait automatiquement après plusieurs minutes dès que la température soit revenu à sa valeur normale courante.

 

Photo n° 6 – Shunt au niveau  du thermocouple

Sur cette photo n° 6 on observe au niveau même du shunt deux câbles (un bleu et un blanc). Le câble bleu représente une partie de l’alimentation du SPOTT (sécurité anti-refoulement des fumées) alors que le fil blanc soudé au shunt représente une partie de l’alimentation de la sur-chauffe. 

A ce titre un défaut de veilleuse c’est à dire une veilleuse qui se coupe de manière récurrente peut avoir également pour origine un problème d’évacuation de fumées ou de sur-chauffe au niveau de l’eau contenue dans le réservoir lui même.

Ne jamais retirer ces deux sécurités sauf pour faire des essais momentanés et toujours les remettre en service après les essais.

 

Photo n° 7 – Présentation générale

Schéma n° 1 – Présentation générale

Photo n° 8 – Position d’allumage veilleuse

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>