Mesures électriques sur chaudière

 

Savoir mesurer certains points électriques de la chaudière au sol possédant un bloc gaz électro-mécanique peut se révéler bien souvent très utile afin d’établir un diagnostique de panne. Pour réaliser ces procédures un multimètre s’avère être un outil indispensable.

-°-

Nous reprenons ci-dessous un montage expérimental composé d’un véritable brûleur d’une chaudière au sol équipé d’une paire d’électrodes d’allumages électronique, d’une sonde d’ionisation, d’un bloc gaz de marque SIT modèle : 830 Tandem et d’un tableau complet de chaudière sol composé d’un interrupteur d’allumage, d’un bouton de réarment défaut d’allumage, d’un capillaire thermométrique en cuivre avec écran analogique, d’un aquastat à capillaire pour le bon tirage des fumées (également appelé SPOTT) équipé d’un réarmement manuel, d’un aquastat à capillaire de réglage départ chauffage, d’une sécurité sur-chauffe par bouton (sans réarmement manuel).

-°-

Photo n° 1 – Présentation du brûleur

-°-

On observe sur cette photo que la sonde d’ionisation est chauffée au rouge. Nous avons branché en série notre multimètre dont le sélecteur sera au préalable réglé sur le micron-Ampère – Nous avons placé les deux cosses l’une dans le COM (Commun) et l’autre dans le mA (milli-Ampère) – La mesure d’un courant d’ionisation s’effectue de cette manière, l’ampèremétre indique une valeur de 4,4 µA soit un courant très faible (un millième de mA soit 0,001 mA). Pour ce montage la puissance du brûleur a été réduite au maximum ce qui explique la valeur assez faible du courant d’ionisation cependant plus la flamme est puissante plus elle est active et plus le courant d’ionisation est élevé.  Nous allons voir dans la photo n°2 comment est réglé l’ampèremétre.

-°-

-°-

Photo n° 2 – Réglage de l’ampèremètre

-°-

-°-

Photo n°3 – Représentation du schéma de câblage

-°-

-°-

Photo n° 4 – Présentation du tableau avant de la chaudière

-°-

On observe sur cette photo le bouchon noir qu’il suffira de dévisser afin de réarmer le cas échéant le bouton de sécurité des fumées. En effet en cas de mauvais tirage des fumées produites lors de la combustion celles-ci peuvent mal s’évacuer vers l’extérieur et retomber dans la chaufferie, chargées de monoxyde de carbone le CO (gaz mortel) et d’oxydes d’azote les NOx (gaz donnant cette odeur âcre aux fumées et souvent confondu avec le gaz naturel) elles sont dangereuses pour cette raison les fabricants sont tenus de placer une sécurité (appelée SPOTT) signifiant Système Permanent d’Observation du Tirage Thermique qui coupe le brûleur en cas d’anomalie de tirage (Arrêté du 2 août 77 modifié – Titre Premier – Article 5 – Obligation depuis le 1 janvier 1994).

-°-

-°-

Photo n° 5 – Bouton de réarmement des fumées

-°-

-°-

Photo n° 6 – Réarmement de la sécurité fumées (SPOTT) (Système Permanent d’Observation du Tirage Thermique)

-°-

Si la sécurité fumées est enclenchée vous sentez une résistance lorsque vous appuyez dessus. Tant que celle-ci n’est pas manoeuvrée manuellement comme présenté sur la photo 6 ci-dessous la chaudière ne redémarrera pas d’où la nécessité d’appuyer dessus. Attention en cas d’enclenchement fréquent de cette sécurité il est possible qu’un volatil ait décidé d’installé un nid juste au dessus de votre conduit ce qui fait refouler vos fumées l’intervention rapide d’un professionnel devra être opéré. Cette sécurité ne doit en aucun cas être shunté pour faire redémarrer la chaudière.

-°-

-°-

Photo n°7 – Présentation du tableau arrière de la chaudière

-°-

-°-

Photo n° 8 – Prendre la tension aux bornes de l’alimentation générale du tableau de la chaudière

-°-

-°-

Photo n° 9 – Mesure de la tension aux bornes de l’alimentation générale (vue d’ensemble)

-°-

On observe sur cette photo la valeur de la tension (AC) ou Alternatif Courant – la valeur (DC) indique que le courant est continu on parle de tension V. AC ou de tension V. DC. Sur cette photo on remarque que le multimètre est raccordé en dérivation. La tension alternatif mesurée en de 223,9 V (AC).

-°-

-°-

Photo n° 10 – Emplacement des modules de mesures et de sécurité ainsi que de  leurs sondes

-°-

-°-

Photo n° 11 – Module de sécurité type aquastat départ chaudière ou sécurité fumées (SPOTT)

-°-

-°-

Photo n° 12 – Vérification du fonctionnement du module

-°-

Pour effectuer un test de fonctionnement d’un module de sécurité par exemple un SPOTT (Système Permanent d’Observation de Tirage Thermique) ou d’un aquastat de température de départ chaudière il suffit de faire le test dit de « continuité ». En effet lorsque le module est fonctionnel il est dans un état passant c’est à dire que le circuit est fermé donc que le courant passe. Le multimètre est équipé d’un test de « continuité » voici comment cela peut être mis en évidence.

-°-

-°-

Rappel la mesure d’une résistance se fait alors que le module est testé n’est pas sous tension. Dans le cas de la photo ci-dessous la valeur de la résistance est de  0,3 O cela signifie qu’il existe bien une résistance même très faible mais elle est bien présente cela signifie que le circuit est correct (il est fermé) dans le cas contraire le multimètre aurait indiqué un symbole clignotant instable. De plus en appuyant sur une touche spécifique ce multimètre émet une sonnerie lorsque le circuit est correctement fermé indiquant que le module est fonctionnel.

-°-

Photo n° 13 – Agrandissement sur le raccordement des pinces du multimètre

-°-

-°-

Photo n° 14 – Réglage du multimètre pour le test d’une continuité

-°-

On observe que le multimètre affiche le pictogramme en forme de petite note de musique indiquant que le test de continuité est activé. Lorsque le circuit est fermé il y a une musique. Prenons l’exemple de la sécurité fumées en temps normale la sécurité est commutée c’est à dire qu’elle laisse passer le courant dans le cas contraire si la sécurité s’est déclenchée s’est qu’elle a enregistrée un refoulement anormal coupant le passage du courant et du même coup arrêtant l’alimentation électrique de la vanne gaz qui se coupe automatiquement arrêtant du même coup l’arrivée du gaz au brûleur.

-°-

-°-

Photo n° 15 – Test de continuité sur un Aquastat chaudière démonté réglé sur  O °C

-°-

Le bouton de réglage étant réglé sur zéro l’aquastat n’est pas en demande le circuit est ouvert il ne laisse pas passer le courant si il était raccordé ceci correspondrait à une vanne gaz non alimentée électriquement et donc à l’arrêt. L’appareil n’indique aucune valeur de résistance mais uniquement un symbole OL. clignotant.

-°-

-°-

Photo n° 16 – Test de continuité sur un aquastat chaudière démonté réglé sur 90 °C

-°-

Le bouton de réglage de l’aquastat étant réglé sur 90 °C ceci simule une demande de chaleur de la part du réseau chauffage le circuit interne de l’aquastat se ferme le courant passe il y a continuité et donc apparition d’une valeur de résistance (sur l’écran on lit 0,4 O), une sonnerie retentit. Ce double test nous indique que l’aquastat est fonctionnel en effet sur la photo n° 15 l’aquastat étant réglé sur 0 °C le circuit est ouvert pas de demande de chaleur puis après avoir tourné le bouton sur le 90°C il y a donc demande de chaleur le circuit électrique se ferme le courant passe et vient alimenter la bobine électrique de la vanne gaz qui s’ouvre et laisse s’échapper le gaz au brûleur. Généralemnt l’anomalie rencontrée sur un aquastat c’est qu’il est toujours ouvert il n’y a donc plus demande de chaleur le brûleur reste éteint malgré que le thermostat d’ambiance lui est en demande. Plus rarement l’aquastat peut être en anomalie car il reste perpétuellement fermé lorsque le thermostat d’ambiance n’est pas en demande le brûleur reste éteint par contre lorsque le thermostat d’ambiance se place en demande de chaleur le brûleur est continuellement en demande ce qui fait très rapidement monté la température provoquant le déclenchement d’une autre sécurité « la surchauffe » qui ouvre le circuit électrique coupant l’alimentation de la vanne gaz et donc l’extinction du gaz au brûleur.

-°-

-°-

Photo n° 17 – Aquastat de réglage de la température départ chaudière

-°-

Ce contenu a été publié dans Décrire ma chaudière. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Mesures électriques sur chaudière

  1. TAM dit :

    MERCI BEAUCOUP VOUS ETES UN ANGE CONTINUER

  2. CAMPAN dit :

    Bonjour,
    Merci pour les explications. Je souhaite tester mon aquastat de régulation (chaudière fuel) mais il y a 3 broches : 1- 2 -P. Lesquelles dois-je connecter mon ohmmètre SVP ?

    Idem pour l’aquastat priorité ECS. 3 broches : 1 – 2- C
    Je vous remercie.
    cordialement
    Daniel

  3. chacha dit :

    merci beaucoupppppppppppppppppppppppppp
    vous présenter les choses mieux que mon prof,

  4. Cyril dit :

    Bonjour je voudrais savoir comment tester avec un multimètre un pressostat sur une Saunier Duval Thema F23E

    Merci

  5. joseph dit :

    très clairement expliqué pour un intervenant en  » herbe « . Dans le cas d’ une sonde cnt reliée a une plaque electronique avec aquastat intégré avez vous fait une étude du même type. la sonde cnt ne possédant qu’une seule broche: vaillant vcw 15 OU20t3 wd par exemple.
    Dans tous les cas c’est un plaisir d’apprendre sur votre site.

  6. steeve dit :

    Merçi bien présenté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>